Connaissez-vous la team wweeddoo ? Zoom sur Donia, Full Stack développeur chez wweeddoo

Qui es-tu ?

Je suis Donia, j’ai 25 ans et je viens de Port Marny dans le 78. J’ai rejoint wweeddoo il y a 4 mois en tant que Full Stack développeur.

Quel a été ton parcours avant wweeddoo ?

J’ai commencé par un DUT MMI (Métiers du Multimédia et de l'Informatique). Passionnée par les jeux vidéos, j’ai ensuite intégré une licence pro en Image et Son numérique pour me diriger dans l’info 3D et pourvoir concevoir des jeux vidéos. C’est là que j’ai découvert la programmation et j’ai adoré ! J’ai donc rejoint un master a l’ESGI (École Supérieure de Génie Informatique) en ingénierie 3D, en alternance. J’ai fait mon apprentissage chez Habiteo, une startup dans l’immobilier, où j’occupais le poste de développeuse 3D R&D.
Après quelques mois en CDI, j’ai quitté Habiteo avec la ferme intention d’entreprendre. J’ai commencé par un projet. Entre temps, j’ai cherché d'autres entrepreneurs pour m’associer à eux en tant que développeuse.
Finalement, j’ai décidé de retourner en entreprise avec une mission et un projet reflétant mes valeurs. C’est là que j’ai découvert wweeddoo...

Pourquoi avoir rejoint wweeddoo ?

La mission m’a tout de suite plu : accompagner les jeunes et leur donner de la visibilité. J’aurais aimé, en tant qu’entrepreneur, pouvoir utiliser une plateforme comme wweeddoo, bénéficier d’un accompagnement et pouvoir gagner en visibilité.

Et tes missions ?

Mon boulot de développeur consiste à corriger certaines choses sur le site, mettre en place des améliorations autant pour les partenaires que pour les porteurs de projets. Aussi, mon poste consiste à réfléchir à des projets d'avenir afin de répondre aux besoins des partenaires et améliorer l’expérience utilisateur en apportant du contenu inédits.

Et sinon, qu’est-ce que tu aimes faire dans la vie ?

J’adore la couture, la cuisine, l’escalade et les jeux vidéos.

Ton plus grand rêve ?

J’ai envie de découvrir le monde, de voyager. Puis surtout, avoir une maison avec un jardin.

Le mot de fin ?

Tout est possible !