Vous avez décidé de vous lancer dans la création de votre association ? La cause que vous soutenez vous passionne et vous vous demandez si c’est possible d’en vivre ? Avec notre partenaire Assopreneur.e, nous avons décidé de mettre en lumière l’assopreneuriat et de répondre aux questions que vous nous avez posés.

Aujourd’hui, le secteur associatif est vital pour la société, il a un poids économique de taille. On compte plus de 1500 000 associations et plus de 200 000 entreprises sociales qui relèvent de l'économie sociale et solidaire en France. C’est la première forme d’entrepreneuriat social, la plus représentée certe mais pas forcément la plus valorisée…

Alors, Claire Ribouillard et Chloé Eléouet ont décidé de lancé Assopreneur.e, une association loi 1901 qui accompagne gratuitement les entrepreneur.es en association et les délégués.es généraux de métier, pour les aider à changer le monde par la force du non lucratif. Elles reviennent d’un constat simple, seulement 10% des associations emploient des salariés soit 160 000 associations.

Comment monter son association ?


Avant de vous expliquer comment vivre de votre association, revenons aux fondamentaux.  Pour créer votre association aujourd’hui, vous pouvez en quelques clics, vous rendre sur internet sur le site du gouvernement et lancer votre association.  

Dit comme ça, ça peut paraître très facile mais c’est plus compliqué qu’on ne le pense.

Entre le choix du statut, du bureau, les démarches administratives, gérer une association peut vite devenir un casse-tête. Si vous souhaitez connaître les étapes pour lancer votre asso, cet article dédié pourra vous aider.  

Quand on décide de rejoindre une association pour une cause qui nous passionne, on pense obligatoirement qu’on doit travailler à côté, car être bénévole ne permet pas de percevoir un salaire. Sauf qu’un jour, on peut commencer à être submergé entre la gestion de l’association, le travail et la vie personnelle. Cette surcharge de travail peut même déclencher des burn-out... On commence donc à réfléchir à ce que l’on va privilégier : la cause qui nous anime ? Ou le travail ? Bonne nouvelle, les deux ne sont pas incompatibles !

L’assopreneuriat, c’est quoi ?

Il est possible de quitter son travail et de vivre grâce à son association et donc de percevoir un salaire. C’est ce qu’on appelle, l’assopreneuriat, cette forme d’entrepreneuriat, en association existe pour vous aider à vivre des causes que vous soutenez.

Dans le cadre de cette transition entre le travail en entreprise et le travail en association, Assopreneur.e accompagne chaque année des assopreneurs en les aidant à pérenniser leur association.

D’ailleurs, Il y a 3 grands éléments à connaître pour bien piloter votre association, il vous faudra : Du temps, de l’énergie et aussi des techniques, on vous explique pourquoi ?  

Comme pour l’entrepreneuriat, les challenges en association sont constants, surtout dans les débuts ou vous allez devoir jongler avec une autre activité professionnelle.

En tant que membre fondateur de votre association, vous avez un rôle à jouer auprès de vos bénévoles. Vous devez partager votre vision, être multi-casquettes, manager ou encore garder la maîtrise de votre agenda.

Comment on s’organise pour quitter son entreprise et devenir salarié en association quand on est membre fondateur ?

Ce changement se passe en plusieurs étapes. Avant de quitter votre entreprise, vous allez devoir réaliser des actions concrètes qui vous permettront de collecter des fonds. À ce moment-là, vous pourrez commencer par rembourser l’ensemble des frais engagés.

Dans un premier temps, vous avez la possibilité en tant que président de vous attribuer jusqu’à un quart du smic. Cette rétribution existe pour permettre de remercier un président bénévole pour son engagement. L’avantage, c’est qu’on peut continuer à toucher son salaire en parallèle.

Ensuite, vous commencerez à avoir suffisamment de visibilité sur les fonds disponibles de l’association (prévoir 3 mois d’avance). À ce moment-là, vous allez pouvoir créer un poste de délégué général fondateur. En fonction du temps que vous avez, vous pouvez par exemple vous déclarez à mi-temps et l’augmenter au fur et à mesure en fonction du temps et des fonds disponibles de l’association. Ce poste va vous demander d'acquérir des techniques de directeur général et de construire des relations institutionnelles.

Quand viendra le moment de quitter complètement votre entreprise, cette transition vous imposera de quitter le CA, le bureau et la gouvernance de l’association. Il est fortement déconseillé de rester président en même temps, car cette manœuvre risque de ne pas plaire aux financeurs et d'amener des confusions. En ce qui concerne votre statut, nous vous conseillons de prendre celui de cadre dirigeant, car ce statut vous permet d’avoir la main totale sur votre temps de travail ou encore vos congés par exemple.

L’association à but lucratif et non lucratif : Comment choisir ?

Les différences majeures existent entre une activité lucrative et une activité non lucrative, elles concernent les acteurs qui en bénéficient et l'intérêt pour lequel cette activité est réalisée.

Pour mieux comprendre ce principe vous pouvez vous posez les 4 questions suivantes et y répondre par oui, non ou peut-être :  

  • Est-ce que j’ai une cause à défendre  ?
  • Est-ce que je veux m’enrichir personnellement ?
  • Est-ce que j’ai envie que la structure que je crée m’appartienne ?
  • Est-ce que j’ai envie de décider seul ?

Choisir l’association à but non lucratif si vous répondez à ces 4 questions par :

  • Je ne veux pas m’enrichir personnellement
  • J’ai une cause à défendre
  • Je suis d’accord pour que la structure ne m’appartienne pas
  • Je n’ai pas envie de décider seul

Quand on se lance dans une association d'intérêt général, l’asso appartient à ces membres et doit être minimum composée de deux personnes car en association vous allez devoir décider à plusieurs : le bureau, les cofondateurs ou encore le bureau de pilotage.

Choisir l’association à but lucratif si vous répondez par peut-être ou non à l’une de ces questions  :

Si vous lancez votre association car vous avez envie d’entreprendre,  mais que vous n'êtes pas en mesure de respecter toutes les conditions. Par exemple : J’ai envie de décider un peu seul, je n’ai pas envie de faire rentrer des membres ou encore j'ai envie de faire des ventes, ce sera une association à but lucratif donc fiscalisée. Une association fiscalisée, ça veut dire que votre association doit collecter la TVA et la réserver à payer l'impôt sur les sociétés.

Comment obtenir des subventions pour son association ?

Toute demande de subvention d’une association doit porter sur une action de formation des bénévoles ou sur un projet d'intérêt général conçu, porté et réalisé par l’association. À savoir que si vous voulez respecter les critères de l'intérêt général, vous ne pouvez réaliser que très peu de vente, cela doit rester accessoire.

Il y a 3 branches possibles pour récolter des fonds en asso :

Les subventions :

Vous pouvez demander des subventions à votre commune, à la métropole, à la région puis au ministère et à l'Europe par exemple.

Quand on demande des subventions aux collectivités territoriales, il est primordial de commencer par en local avec votre ville par exemple et de monter au fur et à mesure.

Les appels à projets :

En ce qui concerne les subventions de l'État, vous devez aller voir les appels à projets. Par exemple, chaque année, l'État lance la campagne FDVA : Le Fonds pour le Développement de Vie Associative. Vous pouvez y participer jusqu’à mi-février ou mi-mars en fonction des régions.

Des appels à projets thématiques sont également lancés par les entreprises, par exemple : wweeddoo lance chaque année un appel à projets dédié au association avec des prix à remporter.

Le mécénat :

Pour le mécénat, 3 sous branches sont à connaître pour la recherche de fonds : le mécénat financier, le mécénat en nature (demande de matériel) et le mécénat en temps (demande en compétence technique). En fonction de la branche, le mécénat va vous permettre de défiscaliser avec les entreprises si vous êtes d'intérêt général.

Est-ce que les salaires sont plafonnés en association ?

Non, il n’y a pas de plafond en ce qui concerne les salaires dans les associations. Quand vous créez de l’emploi en association au niveau de l’URSSAF, vous êtes considéré comme une entreprise. Donc le cadre du contrat de travail ne change pas, ce sont les mêmes droits.

Comment Assopreneur.e peut m’aider à entreprendre ?

À travers son programme d’accompagnement, Assopeneur.e vous permet de surmonter tous les obstacles sans exploser en plein vol. Plusieurs actions et évènements ont lieu : Podcast, programme d’inspiration et d'entraide, journée signature, communauté francophone, Plaidoyer sur l'asso prenariat et le métier de DG.

Lors de votre premier rendez-vous avec Assopreneur.e, vous verrez la méthode des 4 piliers :

Une méthode efficace, simple et pragmatique, pour imaginer, créer, piloter, pérenniser son association et même en vivre !  Alors, n’hésitez pas à les contacter sur leur site web !

Pour revoir l'intégralité du webinar : Comment lancer son asso et en vivre ?

Si vous souhaitez concrétiser votre projet, lancez-vous sur wweeddoo.com, notre équipe reste à votre disposition pour toutes questions, pour nous contacter : contact@wweeddoo.com. Nous programmerons un atelier en visio en mars prochain sur la thématique suivante : comment pérenniser son association en 4 étapes simples ?